Mots-clefs

, , ,

Un hommage à mon fidèle destrier qui, j’en ai peur, va bientôt rendre l’âme.

 

En sortant si vous jetez un coup d’œil dehors

Vous allez voir mon char

Si vous ne savez pas regarder

Vous allez voir une Hyundai accent à la dorure usée

Avec, dans les vitres d’en arrière des roses mal peinturées

Mais détrompez vous mon char est une fusée

 

Elle est un étalon

Elle a l’éclair au front

Accrochée à son volant, pieds à l’étrier, fesses en selle

Je m’élance dans le cinquième rang, je survole les nids de poule, j’ai des ailes!

Je parcours les routes du Bas-St-Laurent

La pédale au fond, les cheveux dans le vent

 

Son habitacle est comme ma tête

Bordélique, hétéroclite et parfois touchant

Comme un soir de tempête

Un éternel ouragan

 

La dedans tout est à l’envers

On dirait qu’y a eu la guerre

Y’a un de mes amis qui m’a dit dernièrement,

Que j’avais l’char d’une fille de 20 ans.

J’l’ai trouvé comique

Pour paraître jeune pas besoin de cosmétique

Ni du moindre fard

Moi j’ai mon char

 

J’peux pas faire de lift à plus qu’une personne

Mais ça un côté ben l’fun

Si j’ai la chance de lifter un beau gars

Je me tape pas le tracas

De savoir si je vais trainer un chicks amère

Sur ma banquette arrière

Les poils de chien, la pelle, les sacs de peanuts vides et les vieux mouchoirs

Sont un excellent repoussoir

 

Elle contient des dizaines de CD de bonne toune

Que je fais jouer selon que je feel guerrière, poète maudit ou guidoune

C’est l’printemps, la neige fond, y fait soleil, y fait beau

Edward Sharpe and the magnétic zero

Il fait gris, il pleut, j’ai envie de faire pitié, rien ne m’amuse

J’écoute Muse

J’suis folle raide, j’veux mordre les fesses de la vie, j’ai l’cerveau à spin

Florence and the machine

J’t’en tabarnak, j’ai couru après l’chien, j’suis en retard, le sang m’chauffe

We are wolves

Les foufounes me bougent, j’veux de quoi qui groove et patati et patata

Robyn, Peaches et Ratata

 

Mais pourquoi s’appelle-t-elle Marguerite me direz-vous

Cette voiture avec tant de panache?

Parce qu’un jour j’ai rêvé que mon char était une vache

Et la vache s’appelait Marguerite voilà tout!

 

L’autre fois, je faisais un lift à ma mère

On était en train de monter la côte à 30 kilomètres heures

Maman, ironique a dit, veux tu que j’aille pousser en arrière

«Arrête de rire de ma Margot» lui ai-je dit avec ardeur

J’ai flatté son dach pis j’y ai dit pour l’encourager

Lâche pas ma Margot, tu vas y’arriver, tu vas la monter

Pis si maman te niaise encore une fois avec son air fin

Je m’arrête pis je la débarque sur le bord du chemin

 

Margot c’est ma première automobile

Grâce à elle j’ai la vie plus facile

J’ai pas besoin de marcher une heure et demi pour une pinte de lait

Pis si y a un show l’fun à Baie-des-Sables j’peux songer à m’acheter des billets

C’est ma complice de tous les instants

Grâce à elle je peux sortir de mon rang

Ensemble pour rattraper le chien qui a fugué on fait des poursuites

Qui parfois finissent en 180 dans l’banc d’neige, j’vous épargne la suite

Ça fait que si un jour vous avez la chance d’embarquer dans Margot

Pour parler d’elle, sachez choisir vos mots

 

Parce qu’on n’écœure pas mon char

Mon char c’est mon vaisseau d’or

 

Publicités