Mots-clefs

, , , , , , , ,

Comme une envie d’irrévérence

Comme une envie de tout jeter par les fenêtres.

De recommencer à fumer! Pis pas des menthols!

D’aller me perdre en Amérique du Sud

D’avoir trop chaud

Chaud jusqu’à la sueur en dessous de la lèvre inférieure

Chaud jusqu’aux cuisses qui glissent l’une contre l’autre

Chaud visqueux

De me retrouver dans une ville où j’connais personne

De danser cochon avec un gars qui porte des Loafers

De m’saouler à la téquila jusqu’à vomir dans l’taxi qui m’ramène chez nous

De m’saouler à la téquila jusqu’à brailler mes amours déçues dans les bras du chauffeur

De frencher des inconnus, ah non pire que ça : de fourrer criss!

D’aller dessiner un pinch mou sur tous les exemplaires des nouveaux formulaires d’impôt

D’écrire des textes choquants

De dire des mots sales «plotte, sacraman, coliss, viarge, coudon tabarnak»

De voler une moto

D’apprendre à conduire une moto pas de casque avec un ancien prof de marketing qui a décidé de s’ouvrir une commune dans les bois francs pis qui sent l’sapin pis la sueur

De faire l’amour avec mon prof de moto pis le casque que j’ai pas voulu mettre pour conduire

 

De porter des jupes trop courtes avec pas de bobettes en  dessous

De faire un road trip à Ottawa pour aller accrocher les bobettes que je porte pas sur la tête de la statue de la reine Élizabeth

De faire des graffitis

De me faire tatouer «Christophe forever» sur la fesse gauche même si je ne connais pas de Christophe

De me faire tatouer born to be wild sur la droite parce que je suis wild!

D’essayer de dire la phrase «Les chemises de l’archiduchesse» la yeule pleine de biscuits soda

De pêter les vitres d’un char à grands coups de bat de baseball

De détourner un camion du journal de Québec pis de calisser l’feu dedans

De hurler

De me lever pendant la messe pour crier «bullshit»!

D’aller dire des affaires cochonnes au curé par le tit carré du confessionnal

D’aller m’baigner toute nue à piscine municipale pour montrer mes nouveaux tattoos

De ruer dans les brancards

 

Comme une envie d’explosion.

Comme une envie de sabotage.

Comme une envie de transgression.

 

Comme une envie de me mettre dans marde

Pour pouvoir me permettre longtemps de penser en dehors de ma tête

 

Pour ne pas mourir vivante et marcher les bras tendus, le regard vide, en ligne droite vers le gouffre

 

Pour continuer à emprunter les sentiers tortueux de la pensée libre

 

Plutôt que les autoroutes des sophismes virulents propagés par les médias de masse

 

Pour ne pas oublier qu’y a moyen de vivre en marge de la boîte

 

Comme une envie de toute faire c’qui est mal vu, juste pour brasser la cage des normes

 

Juste pour ne pas oublier que c’est encore possible de les transgresser

 

Que c’est notre choix

 

Que nous sommes encore libres!

 

Voici un extrait du reportage qu’Annie Landreville a fait de la finale Rimouskoise. On y trouve un extrait de ce slam.

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CJBR/Inforeveil201205080851.asx

Publicités