Mots-clefs

, , , , , , ,

J’ai une recette très simple. Lorsque j’angoisse, lorsque rien ne va plus et que je perds l’espoir ou la foi, je l’applique et c’est une réussite presque à chaque fois. J’ai compris la démarche à suivre en quittant Montréal pour revenir à ma terre natale. Elle est simple, mais elle demande tout de même quelques efforts. En ce qui me concerne, il aura fallu que je m’approprie une maison au fond d’un rang et que j’y cultive un jardin. Bref, lorsque tout m’échappe et que je sens que le sens glisse encore. J’ai trouvé la solution parfaite. Il suffit d’agir sur le réel. Corder du bois. Planter des fleurs. Repeindre une pièce. Agir sur le réel et voilà que tout à coup, les choses se remettent en place. Jouer avec le chaos pour en faire immerger une forme, un goût, une fleur.

Alors aujourd’hui, en plus des innombrables brassées de lavage. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décidé de faire quelque chose avec les courgettes que mon jardin n’arrête plus de fournir et qui vont bientôt m’enterrer vivante. Deux recettes de Jamie Oliver m’ont permis de passer de 12 à 7 courgettes. Je sais, il en reste encore trop, mais petit train va loin, je ne désespère pas et je sais que j’ai quelques amies qui seront preneuses pour les 7 orphelines qui n’ont pas trouvé leur place dans ma mission popotte d’aujourd’hui.

D’abord une recette de repas de tous les jours. Facile à exécuter et délicieuse à souhait : des carbonaras aux courgettes. Puis, une recette de conserves que j’avais déjà expérimentée il a quelques années et qui avait connu un grand succès : des légumes marinés. Légumes que l’on peut manger en salade, sur de la pizza, en antipasto ou sur des croutons de chèvre chaud. Je vous laisse ici les recettes. J’espère qu’elles sauront vous rendre heureux et vous offrir un petit morceau de ciel.

Publicités