Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Première «single» Saint-Valentin depuis dix ans. Je me suis levée le cul en premier parce qu’aucune des autres parties de mon corps n’avait envie de se présenter à la face du monde. J’avais envie de faire pitié. «J’suis donc ben tu seule, j’ai donc ben pas l’ombre d’un homme dans ma vie, gneeeeeeee gneeeeeeee gneeeeeee!» Pas question de me rappeler que c’est moi qui ne cesse de répéter que j’ai besoin d’être seule, que je ne me suis jamais sentie aussi libre et épanouie et que même si je suis ouverte aux rencontres – je le précise au cas où vous seriez un beau bûcheron intellectuel de 6 pieds 5 tout en muscles avec la peau douce comme de la peau vraiment très douce – je n’ai, pour le moment, pas la moindre envie de m’engager. Non, aujourd’hui c’est la Saint-Valentin, tout le monde est en couple et heureux et je suis la seule âme solitaire de toute la surface de la terre!

 

Bref, mon cul se lève avec l’envie de mordre tout le monde et là, je mange ma première claque su’a yeule : sur facebook, une amie chère à mon cœur m’a écrit. Non seulement elle me souhaite bonne Saint-Valentin, mais elle me balance des «tu es une femme traversée par l’amour» et des «ton amour est inspirant et incarné» par la tronche. Non meuais! Même pas moyen de lyrer en paix! Comme si ce n’était pas suffisant, y’a la chienne et la chatte qui se font des mamours (par là j’entends être couchées paisiblement à moins de 10 centimètres l’une de l’autre sans s’arracher la tête). Pour en rajouter, ma mère m’annonce que mon père m’a acheté une rose et qu’elle va me l’apporter parce qu’elle vient me rejoindre pour un souper bonne franquette mère-fille avec du vin, du tirage de cartes et peut-être même une expédition dans la tempête.

 

Bon ok ok ok. Fini l’ironie. Je le sais, j’ai le cul bordé d’nouilles! N’empêche que c’est vrai que je me suis levée ce matin avec un petit mou dans l’âme. Tout ça pour dire qu’en tant que célibataire, en plus de mes parents, amis et bestioles, j’ai trouvé aujourd’hui une personne très importante à qui donner de l’amour : moi. Ben oui, pourquoi pas? N’est-ce pas important de s’aimer soi-même? La St-Valentin comme beau prétexte pour se dorloter, moi j’adopte! Alors aujourd’hui, je suis restée en pyjama jusqu’à 16 heures, j’ai joué comme une folle dans la neige avec le chien, j’ai fait un tas de ménage dans mes papiers et j’ai écrit. Je pense que j’en ai tiré une belle leçon : pas besoin d’être en couple pour reconnaître sa valeur!

Publicités