Mots-clefs

,

Ta tête s’est battue avec un winsheer.

Ta tête a perdu.

Le winsheer à gagné.

Mais j’veux qu’tu saches que l’winsheer est ben magané.

Je l’ai vu sur internet.

Y’a quelqu’un qui a eu la brillante idée,

De mettre des images du char qui t’a fessé.

Ça fait que j’ai vu l’endroit exact où ton âme s’est fractionnée

Pareil comme la vitre du char

En forme de toile d’araignée.

Ça commence par un p’tit milieu pis ça part

Dans toutes les sens que ça part.

Pis les souvenirs qu’il te  reste sont englués

Comme des pauvres bebittes jammées.

Y disent que ton traumatisme est sévère.

Comme une maîtresse d’école sexy j’espère.

Pas comme une vieille fille austère.

Mon beau Max, va falloir que tu t’réveilles

Sinon qui va me faire à déjeuner les lendemains de veille?

Des œufs schmuteux dont t’auras presque pas cuit le blanc

Qui va plier soigneusement un pyjama du canadien sur mon lit de camp?

J’ai besoin de toi pour m’engueuler à propos de la nature humaine

J’ai besoin de toi en train de m’dire que tu m’aimes.

J’veux encore mille soirées d’enfants du beat

Pis après aller chez RV manger d’la poutine au smoke meat

J’veux te raconter des niaiseries

Comme que j’suis capable de faire siffler mes seins

Pis que tu te rendes compte en 2020

Que c’t’ait rien qu’une menterie

Maudit niaiseux t’es naïf en tabarnak

J’avais mis un sifflet dans ma craque

S’il te plait, mon ami, retrouve tes morceaux

Mets d’la colle, prends toute le pot

Rafistole ton cerveau

Pis reviens-nous mon beau

Tu mettais toujours en statut facebook le titre d’une toune de France Gall

Faique pour finir m’a la citer parce que j’trouve qu’a fitte en sale :

«Si tu réalises que la vie n’est pas là
Que le matin tu te lèves
Sans savoir où tu vas

Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va,
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens,
Bats-toi, signe et persiste
Résiste»

Publicités