Mots-clefs

, , ,

Il me semble que j’ai un peu abandonné le glamour ces derniers temps dans mes billets, toute emportée que j’étais par mes idéaux! Alors, voici pour vous chers lecteurs, lectrices, ma réflexion, extrêmement poussée sur le «too much».

Certains événements récents m’ont amenée à me questionner sur la notion de «too much». Qu’est-ce donc que le «too much»? Doit-on le fuir à tout prix? Parfois, pour me détendre, je m’amuse à regarder les échecs et réussites vestimentaire sur : http://styledevie.sympatico.ca/Modeetbeaute/victimes_mode/

Je dois admettre, qu’à certains moments, le «trop trop» me saute aux visages et m’arrache les yeux comme une harpie! Oui les nombreux motifs d’animaux superposés peuvent être laids, ou les paillettes à outrance superposées à une veste en léopard, ou les cuirs à «studs» surmontant des talons hauts aiguilles! La photo de Cher de la semaine du 7 décembre est un douloureux exemple du vrai «too much»!

Mais n’arrive-t-il pas parfois que, par snobisme ou par peur d’oser, nous abusions de cette expression passe-partout qui donne l’air de savoir qu’on en fait trop ou de prouver qu’on sait qu’il ne faut pas en faire trop! N’y aurait-il pas parfois du «too much» of «too much»? Entendu dernièrement dans une soirée : «moi les boucles d’oreilles je trouve ça «too much». Et là, toutes les filles qui portent des boucles d’oreilles (Dieu sait que la mode n’est pas à la discrétion sur les boucles d’oreilles ces temps-ci avec toutes ces plumes) se sentent légèrement mal à l’aise. Moi j’ai envie de hurler à la faute de diplomatie! Alors je dis : «Wo stop, this is too much of too much!» Non mais y’a d’l’abus partout!

Je prends donc la décision suivante et je l’applique : «Nothing is too much for me!» Hier, chez la coiffeuse, j’ai remarqué que j’avais mis des boucles d’oreilles en léopard (œuvres du beau joaillier) avec mon veston en peau de girafe albinos. Ça faisait beaucoup de motif d’animaux. J’ai regardé partout autour de moi en me demandant à quel moment les Harpies du «too much» allaient me démembrer et brûler toutes les parties de mon corps aux quatre coins de la ville, mais ça n’est pas arrivé! J’ai survécu! Mieux, je me suis trouvée mignonne et Rock’n’Roll avec mon T-shirt rouge de Kate Moss qui faisait un doigt d’honneur au miroir! Les Harpies n’ont qu’à bien se tenir, je suis en train de me transformer en mélange moderne d’une Aphrodite doublée d’une Athéna! J’ai l’air d’une «couguar»? Qu’à cela ne tienne, je flirt justement avec un trop jeune homme qui embrasse comme un dieu (ça tombe bien puisque je suis une double déesse). Mais un ami m’a rassuré : pour rester dans le trop jeune de «bon goût» et de pas tomber dans le «too much» trop jeune, il paraît qu’il y a une règle. Il faut diviser son âge par deux et ajouter 7 à ce résultat. Ce qui, dans mon cas, donne 22 ans! Mon jeune éphèbe a un an de plus, je n’ai pas à m’inquiéter n’est-ce pas? De toute façon, en ce qui me concerne, ces calculs superficiels n’ont pas la cote. Il est gentil, vraiment gentil. Voilà ce qui compte vraiment.

 

Je pousse le bouchon

Puisque j’ai décidé de me prendre pour la Carrie Bradshaw de la campagne gaspésienne, il me faut un walk-in! Il y a cette petite pièce sous les toits, ici, dans ma grande maison, qui a déjà été la chambre des amoureux et à laquelle je dois absolument donner une deuxième vie. Alors j’ai demandé à papa et maman de m’aider à la transformer en walk-in de princesse comme cadeau de Noël! J’ai choisi les couleurs hier : Rose framboise et Corail!!! Et comme il n’y a rien de «trop trop» pour moi et que l’autodérision est ma meilleure amie, je complèterai le tout avec des accessoires en léopard!

 «I like my money right where I can see it… hanging in my closet.» -Carrie Bradshaw-

Publicités