Mots-clefs

, ,

La musique est l’art par excellence de la nostalgie. Voilà pourquoi, depuis que je suis en peine d’amour, je n’arrive plus à entendre certains morceaux qui me remettent en mémoire mon ancien amant, son corps, sa présence, sa chaleur. C’est le cas de Norah Jones, dont les accents chauds et sensuels évoquent encore pour moi, des conversations que j’avais avec lui sur MSN, qui duraient plusieurs heures et se terminaient souvent sur des soupirs de jouissance à des kilomètres de distance. Main Norah mérite un meilleur sort. C’est pourquoi, récemment, elle est devenue la trame de fond qui a accompagné d’autres soupirs, bien réels cette fois. Dorénavant sa musique envoutante me remémorera une odeur de vent frais, un grand corps chaud et doux et une voix très grave auxquels j’ai de nouveau envie de fredonner : «Come away with me»…

Publicités