Mots-clefs

, , ,

Oui je sais que ce titre est ambigu. Oui je sais, je sais, j’ai l’air de vouloir dire : «Ça y’est, je me crêpe la frange, je me grime la tronche et je pars dans les bars du coin à la recherche de viande fraîche!» Mais voilà, dans LE bar du coin (qui n’en est pas un, en fait c’est un resto, mais à chaque fois que j’y vais tout le monde boit, mais personne ne mange), donc dans LE bar du coin, il n’y a pas de viande fraîche… Que du vieux buck mariné dans la bière et qui plus est souvent les pères de mes anciens camarade d’école. Peu importe en fait parce qu’il n’y a pas de sens figuré dans le titre. Je parle vraiment de la chasse automnale dont la vision de plus en plus répétée d’orignaux écartelés sur les toits des pick-up m’a subtilement ramené en mémoire… Je pourrais parler avec mépris de ces hommes en mal de testostérone qui se réunissent à tous les automnes dans une ambiance de labatt 50 et de gomme de sapin pour se rappeler leur mâlitude en tirant sur de pauvres bêtes sans défenses! Je pourrais les juger sans merci, d’avoir pour passe-temps d’enlever la vie alors que le simple fait d’écraser une mouche soulève en moi d’interminables questionnements existentiels. MAIS même si la vision de ces pauvres bêtes à la vie déchue, encordée sur «le top d’un truck» m’est à chaque fois un déchirement au cœur, je ne le ferai pas. D’abord parce que nombre d’hommes chers à mon cœur font parti de cette joyeuse ribambelle de chasseurs! Ensuite parce que, et bien, soyons honnêtes, l’orignal j’aime ça et je n’irai certainement pas le chasser moi-même bien que certains de mes morceaux de vêtements soient excellents pour le camouflage (je pense d’ailleurs à troquer mes fausses peaux de bêtes pour des étoffes fluo à l’automne, histoire de ne pas être confondue avec le gibier)… Donc, au lieu d’un remâchage d’amertume à la «human society» je vous propose une EXCELLENTE RECETTE de sauce aux pleurotes pour accompagner votre steak d’orignal! En passant, messieurs, si jamais vous êtes chasseurs, cela ajoute clairement une corde à votre arc de cupidon pour me séduire, tant que c’est moi qui cuisine la bête…

 

Publicités